Pour prendre le temps de la réforme, retrait de la France de toute négociation en vue de l’adhésion de nouveaux pays à l’UE

Tant qu’un nouveau traité réformant en profondeur le processus de décision de l’Union ne sera pas adopté, la France s’opposera à toute nouvelle adhésion de pays à l’Union Européenne, à l’exception, s’ils en faisaient la demande à la suite d’une sécession du Royaume Uni, de l’Ecosse et de l’Irlande du Nord. Compte tenu des risques géopolitiques, et de la dérive autoritaire du régime turc, la France n’apportera en outre plus aucun concours à des négociations en vue de l’adhésion de la Turquie.