Pour faire primer la démocratie sur la bureaucratie, faire du Parlement européen le cœur des décisions

La France plaidera pour que la Commission soit directement investie par le Parlement européen et responsable devant lui.

L'initiative des directives européennes appartiendrait conjointement aux États, à la Commission et au Parlement européen.

Les directives européennes devraient faire l'objet d'un accord entre le Conseil des ministres des États membres et le parlement européen.

En cas de désaccord, la Parlement européen aurait le dernier mot sauf si une majorité d'Etats représentant la majorité de la population européenne s'y opposait.