Pour tenir nos engagements sur le climat et gagner le combat de la pollution de l’air, 0% de transport terrestre carboné en 2025

Un plan pluriannuel « transports 0% carbone en 2025 » fixera des étapes : dès 2018, les grandes agglomérations auront les outils législatifs et réglementaires pour limiter la circulation des véhicules diesel, dont la commercialisation sera proscrite en 2025. La France visera des ventes de voitures neuves 100% électriques ou hybrides-electriques en 2025. Le soutien financier au véhicule électrique sera maintenu pendant la période de transition et des avantages spécifiques seront octroyés aux voitures sobres et à l’autopartage (stationnement, tarif d’autoroutes, voies réservées). Un plan « gaz vert», au bilan carbone neutre accompagnera la transition pour les bus et les camions, le transport de marchandise étant par ailleurs orienté prioritairement vers le rail.


L’enjeu climatique, sanitaire et de dépendance aux importations, est considérable pour le secteur des transports. 30% des émissions de gaz à effet de serre, 42000 décès prématurés liés aux émissions de particules nous pressent à agir.

 

Les transports sont donc un enjeu majeur de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de réduction des affections respiratoires. Il y a un chemin, préservant le droit à la mobilité, les emplois de la filière automobile et ces enjeux de santé publique et écologiques. Il faut pour cela donner une vision claire à l’ensemble des acteurs, industriels et consommateurs, en se fixant pour objectif qu’aucun transport terrestre carboné ne roule sur nos routes en 2025.

 

Pour cela, il faut procéder par étape, tout en ayant une vision claire de l’objectif. Dès 2020, il fait arrêter la vente de véhicules diesel et permettre l’interdiction de leur circulation dans les grandes villes : plusieurs pays ont déjà décidé de l'interdiction d'ici quelques années de la vente des véhicules neufs, et l'interdiction de circulation des véhicules diesel est programmée à Paris. Pour permettre cette transition, la voiture électrique n’est pas la seule solution, et les transports en commun ne sauront répondre à l’ensemble des besoins Il faut mettre en place un plan gaz marchandises. En effet, le gaz est un carburant plus propre en matière de particules et de CO2, mais surtout il peut être vert, et donc avoir un bilan carbone neutre. En termes d’usages, le gaz répond aux mêmes demandes que les carburants pétroliers classiques.

 

Il faut également, pendant la période de transition, donner des avantages aux voitures sobres et partagées (stationnement, tarif d’autoroutes, voies réservées).