Pour poursuivre la baisse du coût du travail et plus de justice sociale, basculement des cotisations familles sur la CSG

Les cotisations des entreprises alimentant la branche famille de la sécurité sociale seront progressivement supprimées, sur les cinq prochaines années. La moitié des sommes ainsi récupérées par les entreprises bénéficiera aux salariés, via une augmentation de leur salaire net. L’autre partie contribuera à un allègement de la masse salariale des entreprises. Le financement de la branche famille de la sécurité sociale sera garanti par une augmentation de la CSG en excluant les chômeurs et les petites retraites. Pour les salariés, il s’agira, compte tenu de l’augmentation de leur salaire net, d’une opération positive. Les allocations familiales seront ainsi financées par une contribution dont l’assiette, plus large, comprend tous les revenus, y compris ceux du capital.

 

Les employeurs publics, exonérés ainsi des cotisations familiales, seront assujettis, à due concurrence, à une cotisation à l’UNEDIC, ce qui permettra de réduire les cotisations chômage versées par les entreprises et les salariés du secteur privé, à niveau de protection constant pour les personnes privées d’emploi.